Les cueillettes sauvages sont à ce titre toutes certifiées agriculture biologique.

Au départ, paysan sans terres à cultiver, la cueillette de plantes sauvages nous a permis de lancer notre activité pas à pas. Nous avons commencé par cueillir les plantes autour de chez nous. La lavande aspic, le romarin à camphre et le cyprès. Des cueillettes proches de notre atelier. Puis le nombre d’espèces cueillis et les volumes ont augmenté et les zones de cueillettes se sont élargis.

Des cueillettes sauvages
tout au long de l'année

Aujourd’hui les cueillettes de plantes sauvages représentent une part prépondérante de l’activité. Nous cueillons chaque année une vingtaine d’espèces de plantes aromatiques et médicinales, lavande, thym, millepertuis, résineux, etc. Allant de quelques kilos à plusieurs centaines selon les plantes. Ce qui représente plusieurs tonnes de plantes chaque année. Tout ceci répartis sur les douze mois de l’année, avec une période intense d’avril à septembre. Nous cueillons en grande partie dans le département de l’Aude, puis dans les départements de la région Occitanie. Il nous arrive de temps en temps de cueillir dans d’autres régions.

Les cueillettes sont toutes
réalisés de façon manuelle

La plupart du temps à l’aide d’une faucille, et parfois à l’aide de sécateurs et échenilloirs. Ces cueillettes manuelles de façon ancestrales sont une condition intrinsèque pour obtenir des huiles essentielles, des hydrolats et des macérations de plantes de qualité supérieure. La cueillette manuelle est délicate, elle n’agresse pas les plantes et permet de plus de faire le tri des adventices au fur et à mesure de la cueillette.Durant la cueillette les plantes sont déposées dans un bourrât (drap) noué dans le dos. Puis les draps sont déposés au sol et à l’ombre. Nous les ouvrons pour étaler les plantes sur une fine couche jusqu’à la fin de la cueillette.

Le respect des plantes
et du cycle lunaire

Pour obtenir le meilleur des plantes, il faut les respecter et les traiter avec douceur de la cueillette, au stockage en passant par le transport. Autre chose très importante à nos yeux, pour une qualité supérieure nous cueillons toujours les plantes par temps sec et nous essayons tant bien que mal de suivre le calendrier lunaire pour respecter les jours fleurs, feuilles, racines, …

C'est par le bien faire
que se crée le bien être

Les sites de cueillettes ne sont évidemment pas choisis au hasard. Le point le plus important est l’absence de pollution sur le site. Pour cela nous privilégions les zones reculées et sauvages loin des axes routiers fréquentées, des activités agricoles intensives et des villes et zones industrielles. Nous attachons également de l’importance à l’énergie du site de cueillette, nous devons nous y sentir bien pour y faire une belle cueillette. C’est souvent le cas, car nous nous retrouvons sur des sites reculés et magnifiques ou l’on ne peut que se sentir bien.

Des cueillettes responsables et durables

En tant que cueilleur responsable, nous appliquons une cueillette durable. Nous sommes membre de l’AFC (association des professionnels de la cueillette) et nous appliquons la charte et les bonnes pratiques de cueillettes. AFC 

 

Les plantes médicinales nous entourent mais nous ne les voyons pas car nous les connaissons pas. La cueillette c’est d’abord prendre le temps d’observer la nature, observer les plantes, les toucher, les sentir. Ainsi en observant la nature, nous pouvons voir les changements, les adaptations et les menaces qui s’y passent. Les cueilleurs de plantes sauvages sont en quelques sortent des sentinelles de la Biodiversité.